Le département Tulcea, occupe la moitié de nord de la province historique Dobrogea, située dans l’extrémité de sud-est de la Roumanie. Entouré de trois côtés d’eau, il se voisine à l’ouest avec les départements Brăila et Galaţi, au nord avec Ukraine par la frontière naturelle Dunărea, à l’est avec la Mer Noire, ayant frontière terrestre seulement au sud, avec le département Constanţa.

Le relief du département comprend le Horst de Dobrogea, vestige des plis hercyniens, qui se présente comme un plateau typique, qui détermine l’existence de trois zones biogéographiques : la steppe, la forêt de steppe et la forêt. Les découvertes archéologiques sur le territoire du departement Tulcea ont mis en lumière des traces d’habitation anciennes depuis cca. 110.000 ans. Sur la carte archéologique du departement, les vestiges des cultures Hamangia, Gumelniţa et Thrace-Dace, des cités Gètes-Daces et grandes constructions édilitaires romaines offrent importants témoignages documentaires de la vie matérielle et spirituelle sur ces terres.

Delta du Danube pour ceux qui ne le connaissent pas

Le paradis naturel du Delta du Danube s’étend au versement du Danube dans la Mer Noire, là où le fleuve conclut son long voyage de 2 860 km (1 788 milles) de sa source dans les Montagnes la Foret Noire d’Allemagne. Pour des siècles, la superficie du Delta s’est étendue à cause de la boue apportée par le fleuve, en formant ainsi un réseau de canaux, lacs, îles couvertes de roseau, de forêts tropicales, de pâturages et dunes de sable qui couvrent maintenant une superficie de presque 5 640 km2 (2 200 de milles carrés). Cet incroyable royaume des eaux abrite plus de trois centaines d’espèces d’oiseaux et nombreuses espèces de poissons, des esturgeons aux carpes et serrans, tandis que la variété  de 1150 espèces de plantes comprend des lianes enfilées sur les troncs des arbres dans les forêts de chêne jusqu’aux nénuphars. Il n’est pas étonnant qu’UNESCO ait désigné le Delta du Danube comme une „Réservation de la Biosphère”.

Exploration du Delta – Le point de départ pour une aventure en Delta est d’habitude Tulcea, une ville aussi vieille que Rome, située près du lieu où le Danube se sépare en trois bras principaux, ou commence le pré. A Tulcea vous trouverez des hôtels modernes et musées de sciences naturelles du Delta. La ville se trouve à une distance de 71 km (45 milles) de Sulina, une localité aussi ancienne, qui se trouve à l’autre côté du bras Sulina. Entre ces deux points on peut faire des croisières et les touristes peuvent admirer la flore, la faune et les villages du Delta, assis confortablement sur les ponts des bateaux.

Le Delta du Danube, les principaux bras du Danube – Chilia, Sulina et Sf. Gheorghe – résultés de la séparation des eaux du Danube  à Ceatalul Izmail (Chilia dans le bras Chilia, bras Tulcea, qui se ramifie à Ceatalul Sf. Gheorghe en Sulina et le bras Sf. Gheorghe).

Delta du Danube Le bras de nord, Chilia, a la plus grande profondeur 36 m et le plus riche débit (62,6% du débit total du Danube).

Apres le village Chilia Veche se développe un delta avec nombreux bras divergents (type Mississippi).

Delta du Danube Le bras moyen, Sulina, long de 62,9 km et profond de 18 m, transporte 17,7% du débit total du Danube et présente au versement un delta de type Tibre, un seul canal. Le bras a été rectifié et dragué maintes fois, ce qui permet aux navires marins d’aller jusqu’au port Galati.

Le canal de sud, Sf. Gheorghe, long de 109 km, a les plus profonds méandres. A ses bouches il présente un delta secondaire de type Vistule, avec une ramification conique de bras secondaires.

La commune Nufăru est située au nord du departement Tulcea, à l’ouest du Delta du Danube. Voisinages: au Nord, la commune Maliuc; à l’Est le territoire du municipe Tulcea; à l’ouest, la commune Beştepe; au Sud la commune Valea Nucărilor. A Nufăru on peut arriver sur la route départementale 222C en voiture ou les courses régulières de transport en commun en 20 minutes de Tulcea.

La commune Nufăru est formée des villages Nufăru, Malcoci, Victoria – sur la rive droite du bras Sf. Gheorghe (fleuve Danube) et Ilganii de jos- sur la rive gauche.

Bien que Nufăru soit sis dans le pré du Danube, au début du delta, les collines prévalent. Dans la zone basse de pré le terrain est plan avec une légère pente de l’ouest à est. La vallée sur laquelle se développe la plus grande partie de la localité Nufăru a le profil de „V” avec des pentes accentuées qui convergent vers le fond de la vallée. Le village Nufăru a au sous-sol de nombreux vestiges dès les premiers siècles de notre ère.

Les distances entre les villages de la commune, par rapport au chef-lieu, sont :

  • Nufăru et Ilganii de Jos sont séparées seulement par le bras Sf Gheorghe.
  • entre le village Nufăru et le village Malcoci, sur la chaussée -4 Km.
  • entre le village Nufăru et le village Victoria sur la chaussée – 5 Km.

Sur le Danube, Nufăru se trouve à 104 km du versement.

Les villages Nufăru et Ilganii de Jos sont situés sur une côté et de l’autre du bras Sf. Gheorghe du fleuve Danube. Si on peut dire de Nufăru qu’il est un village sous l’influence de la civilisation urbaine (à seulement 12 Km distance de la ville Tulcea), Ilganii de Jos est influencé par le mirifique paysage composé de marécages, saules, pélicans, bateaux des pêcheurs, silence, vert et bleu, roseau, flânerie et retrouvée de soi.

De Nufăru à Ilganii de Jos on peut traverser en bateau ou en bac – Nufăru est considéré porte d’entrée en Delta du Danube, sur eau et sur la terre depuis les plus anciens temps. Dans toute la zone centrale du village Nufăru et ses alentours on peut observer des vestiges du fleurissant siècle X : la cité Prislava.

Le Musée d’Histoire et Archéologie du departement Tulcea accorde une attention particulière à ce site de sorte que le passé coexiste en harmonie avec le présent – la multitude des pensions et maisons de vacances, la multitude des nécessités quotidiennes et les projets d’avenir respectent la tradition gardée jusqu’à present avec fierté: le Delta du Danube commence ici!

Chaque fois que quelqu’un creuse la terre, soit pour une canalisation, soit pour une fondation, les archéologues sont rappelés. Ils trouvent des monnaies, des murs, os d’homme et d’animaux, des débris et toute sorte de sources historiques. La cité byzantine Prislava prédomine dans tout le village Nufăru. Sur son passé Vasile Pârvan écrivait au début de la vie romaine aux bouches du Danube, montrant qu’ici «il y avait des bâtiments très importants avec des murs très forts, d’une épaisseur inhabituelle pour une forteresse passagère ». Il dit que les beaux bâtiments anciens avec des peintures sur les murs, trouvés sur les tertres du Delta du Danube montrent que le fleurissement de ces contrées était grand et que la population qui bouge sur l’eau est considérable.

Les fouilles récentes faites par les chercheurs de Bucarest – Silvia Baraschi et Neculai Moghiar – montrent qu’après deux ans de recherche on est arrivé à découvrir une statuette en bronze dont on pense que représente Zeus et une estampille dont la légende contient le nom, les fonctions et les titres d’un magistrat nommé Vasile Vestes.

Les travaux de reconstruction dans la commune Nufăru dans la zone du dispensaire ont conduit à la découverte de nombreux signes d’habitation de l’époque médiévale (siècles XII – XIII): amphores aux bras surélevés, bracelets en verre bleu ou noir, des assiettes, vases en argile brûlée, vases en argile à anse et col allongé et étroit pour boire eau. Il est certain que nous nous trouvons devant des témoignages dont on peut tirer la conclusion qu’ici à Nufăru il y a eu des forteresses fortes dont le publiciste Simion Saveanu affirme de juste raison qu’elles pouvaient empêcher à tout moment le passage des navires. (Forteresses sur les deux rives du Danube – à Ilganii de Jos, au dire des vieux il semble qu’il y a eu des digues anciennes en pierre qui ont été malheureusement utilisées en époque communiste comme matériaux de construction et répandues partout).

Il est sis sur la rive gauche du bras Sfantu Gheorghe. Les recherches entreprises et des dires des habitants plus vieux montrent qu’à Ilganii il y a eu des fortifications en pierre. Malheureusement,  les matériaux des fortifications ont été enlevés et utilisés le dernier siècle à la réalisation des constructions. Il est certain que nous nous trouvons devant des témoignages dont on peut tirer la conclusion qu’ici à Nufăru il y a eu des forteresses fortes dont le publiciste Simion Saveanu affirme de juste raison qu’elles pouvaient empêcher à tout moment le passage des navires. Il suffit de regarder le promontoire que nous offre la position de la localité Nufăru, pour mieux comprendre tellement bien cet endroit a été choisi pour le but mentionné. C’est le deuxième cas que nous rencontrons sur le trajet du Danube. Le village a été fondé à la fin du XIX siècle par l’ambitieux préfet Ion Nenitescu, dans son programme de peuplement du Delta du Danube. En 1970 le village a été couvert partiellement d’eaux suite aux inondations, mais après leur retraite la population s’est re-établie en continuant sa vie.

Le nom de Malcoci de la localité à 7 km est de Tulcea, au voisinage du bras Sf Gheorghe, nous le rencontrons depuis l’année. La localité est mentionnée dans les Registres Ottomans en 1864. La localité est fondée au début du XIX siècle par une colonie d’allemands alsaciens sous la direction d’Ignatiu Hoffart – tué par les Turcs pendant la Guerre de Crimée. Ion Ionescu de la Brad trouve en 1850 à Malcoci 50 familles d’allemands qui s’occupaient avec l’élevage du bétail surtout et la fabrication du beurre. Au début du XX siècle la localité faisait partie de Tulcea et était le chef-lieu de la commune dont faisaient parties les localités Prislav, Ilganii de Sus et Ilganii de Jos, Romula et Principele Carol. Malcoci  était habité par 652 personnes, la plupart allemands  et très peu bulgares, russes et romains. L’église de la localité est catholique et est construite en 1880. Depuis 1981 à Malcoci fonctionne une école privée.

Il est sis sur la rive droite du bras Sf. Gheorghe et à la différence des autres localités de la commune Nufăru (et qui faisaient parties de la vieille commune, Malcoci), Victoria a fait partie du XIX siècle de la commune Beştepe – la commune voisine de nos jours. Le vieux nom du village est Parlita. Le nom provenu d’un incendie des premiers ménages qui ont été fondés en cet endroit. La guerre russo-turque de Crimée a mené à la destruction du village en 1829, mais il renaît en 1856. C’est la raison pour laquelle il n’apparaît pas sur la carte d’Ion Ionescu de la Brad de 1850. Ceux qui refondent le village sont les roumains, mais en temps la population de nationalité russe arrivée en vagues va dominer la localité. L’école de la localité est fondée en 1879 et est une école mixte.  Les croyants priaient et prient encore dans l’église du village, construite dès 1869 et portant le patron Saints Voivodes.

La commune Nufăru a une très riche histoire, un long passé, présenté depuis 1000 notre ère, depuis l’époque romaine et romaine-byzantine, quand le nom de la commune était Prislava, jusqu’à nos jours.